Petit fruit séduisant…

... mais grand poison, parfois

Je participe à un concours annoncé par Olivier et amorcé par Désir d’histoire. L’idée est simple. Il faut insérer les mots imposés suivants dans un texte : « olivier – gondole – abonnement – euphémisme – pompier – friponne – changement – fumer -vie – migraine – whoopies. Olivier a tenté l’aventure en proposant un texte, Moi Olivier, sur le site Jetons l’encre (par ailleurs un endroit très fréquentable et très beau). N’étant pas un littéraire ou un écrivain, je me suis hasardé à glisser sur une page blanche quelques idées et, par la suite, d’insérer en travers les mots obligatoires. Je sens bien que je serai classé au dernier rang des cancres. Mais qui ne risque rien n’a rien, disait mon vieux professeur.

Sur une branche d’olivier, petit fruit séduisant

Au loin j’aperçus une branche d’olivier. Je me suis interrogé. Était-elle là pour moi ou n’était-ce que le hasard? Dans les rêves, tout est permis et rien n’est assuré. Cette branche surplombait un canal de Venise. Et les gondoles ne semblaient y avoir aucun obstacle au fait que cette dernière encombrait dans les hauteurs le libre passage. Je me sentais divaguer dans mon rêve. La logique qui voudrait un ordre précis des évènements faisait cruellement défaut.

Un rêve n’est jamais un abonnement à un rendez-vous précis. Au contraire. C’est une invitation à l’improvisation. Et improvisation est un euphémisme. Je devrais dire à des variations inattendues sollicitant en alternance calme et sérénité et crises et tumultes. Les mots, dans les rêves, sont des incendies que l’écrivain pompier tente tant bien que mal d’éteindre. Et il n’est pas rare de voir le pompier pyromane taquiner le destin jusqu’à rupture du sort. Et lorsqu’il y a rupture, la vie s’absente à jamais.

Dans mon rêve j’ai laissé mon imagination vagabonder et errer par-delà les quais du Vieux-Port, telle une friponne qui voudrait elle aussi rompre avec la vie. Que trouve-t-on au bout des quais de la vie? Pourquoi dans mes rêves, qui sont en fait des cauchemars sur l’existence morose et morne, y verrais-je un changement de ce qu’est ma vie au quotidien? Je fume une dernière clope et je remets l’oreiller sur ma tête pour que la nuit se prolonge sur ma vie. Des migraines… des déceptions, des dérives… des espoirs déçus… des utopies et un réveil brutal au matin. Et même les whoopies dont je raffole tant ne me convaincront pas de jeter du leste à mes obsessions. Je resterai au lit un jour de plus.

Publicités

7 réflexions sur “Petit fruit séduisant…

  1. Pingback: Une dernière chance | Désir d'histoires – Olivia Billington

  2. Sans le savoir, car je me serais mal exprimé (?), Pierre, avec votre gentillesse, vous lancez comme un petit jeu. Beau texte, belle image et je serais d’accord avec Brigetoun : comment vous égaler ?! J’espère que Lautreje, où j’ai trouvé Jetons l’encre, passera par ici !

  3. Pierre
    Vous êtes vraiment très modeste et moi je trouve votre texte magnifique avec les mots à placer très bien appropriés et une si belle photo.

  4. De passage chez Olivier, je découvre votre autre blog, Pierre et je tiens à vous féliciter autant pour vos talents de photographe, que d’auteur !
    Bonne continuation !!!

  5. Pingback: Bloguer ou ne pas bloguer » Cliquer c’est aider

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s